mai 20, 2024

Turinabol – Multipharm

45.00

Chaque comprimé contient : 4-Chlorodehydromethyltestosterone – 25mg

Catégorie :

Description

La chlorodéhydrométhyltestostérone est un puissant dérivé du Dianabol. Ce stéroïde oral est structurellement un croisement entre la méthandrosténolone et le dostebol (4-chlorotestostérone), ayant la structure de base .me comme Di anabol avec l'altération 4-chloro ajoutée du clostebol.

Dosage et administration

Administration (Général):

Des études ont montré que le fait de prendre un stéroïde anabolisant oral avec de la nourriture peut diminuer sa biodisponibilité565. Cela est dû à la nature liposoluble des hormones stéroïdes, qui peut permettre à une partie du médicament de se dissoudre avec les graisses alimentaires non digérées, réduisant ainsi son absorption par le tube digestif. tract. Pour une utilisation maximale, ce stéroïde doit être pris à jeun.

Administration (Hommes) :

Une dose clinique courante de chlorodéhydrométhyltestostérone est estimée à 5 mg par dar, les directives de prescription réelles ne sont pas disponibles. Dans le domaine sportif, une posologie orale quotidienne efficace se situe entre 15 et 40 nig, prise en cycles ne dépassant pas 6 à 8 semaines pour minimiser l'hépatotoxicité. Ce niveau est suffisant pour des augmentations mesurables de la masse musculaire maigre et de la force. Cet agent est le plus souvent appliqué comme test de recul ou stéroïde de coupe à des fins de musculation, et n'est pas considéré comme un agent gonflant idéal en raison de son manque d'œstrogénicité.

Administration (Femmes):

Une dose clinique courante de chlorodéhydrométhyltestostérone est estimée à 1-2,5 mg par jour, les directives de prescription réelles ne sont pas disponibles. Dans le domaine sportif, les femmes prennent généralement un seul comprimé de 5 mg par jour, pris en cycles ne dépassant pas 4 à 6 semaines pour minimiser l'hépatotoxicité. Les effets virilisants sont peu probables à ce niveau d'utilisation. Des doses beaucoup plus élevées étaient souvent utilisées avec les athlètes féminines dans le cadre du programme de dopage de l'ancienne RDA, mais souvent au détriment d'effets secondaires virilisants importants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *